FANDOM


Rat.jpg

Un magasinier homme-rat

Créés à la suite d’expériences réalisées par des magiciens et des érudits de la Forêt de Célérianne, les Hommes-rats sont des créatures anthropomorphes qui se sont enfuies de leur lieu de captivité avant de connaître la véritable raison pour laquelle ils existent. Une fois enfuis de la forêt, trois clans d’hommes-rats très territoriaux se sont formés. Chacun de ces clans possède sa propre structure et ses propres objectifs, mais en général, les Hommes-rats craignent la magie.

Leur comportement est encore très près de celui du rat, mais ils sont néanmoins capables d’interagir avec les autres races. Ils semblent avoir une habileté inné pour le recyclage, trouvant dans les rebuts des autres des trésors qu'ils revendent pour survivre. Leur histoire et leur religion sont des plus organisées, transmises par tradition orale.

La Naissance des Hommes-ratsModifier

L’histoire de cette nouvelle race débute au cœur de la Forêt de Célérianne, forêt magique et mystérieuse, quelque part dans un amas de racines et de fougères. Un nid de rats y était emménagé et, à l’intérieur, trois petites rates n’ayant que quelques jours à peine. La mère des petites allait et venait nerveusement, les nourrissant, les réchauffant, surveillant les dangers environnants et protégeant sa progéniture. Mais un jour, le danger qui guettait les petits animaux fut bien plus grand qu’à l’habitude. Deux immenses silhouettes encapuchonnées apparurent d’entre les branches et s’avancèrent lentement vers le nid. La mère des rats tenta de les effrayer sans succès et fut forcée de se sauver, abandonnant à regret ses petits dans le nid.

Mais les hommes ne leur firent aucun mal, au contraire. Ils les prirent doucement et les blottirent contre eux afin de les réchauffer et les emmenèrent avec eux dans un immense bâtiment aussi effrayant qu’envoûtant. Les petites rates furent mises ensemble dans une cage et nourries au biberon jusqu’a ce qu’elles soient sevrées. L’endroit les terrifiait. La salle où elles étaient retenues captive était remplie de cages contenant des animaux différents, allant d'oiseaux inoffensifs jusqu’aux oiseaux de proie les plus terribles, passant par des singes, des sangliers, des serpents et des lézards, ainsi que des animaux domestiques telles que des chiens, des chats, des vaches et des bœufs allant jusqu’aux fauves. Chaque jour, les hommes venaient en plus grand nombre et emportaient avec eux des animaux et les ramenaient dans leur cages alors qu’ils étaient terrorisés. Certains mourraient, soit parce que l’émotion leur avait été fatale, soit parce qu’ils étaient incapable de s’adapter aux expérimentations que les hommes avaient fait sur eux. Pour ceux qui survivaient, des changements notoires se produisaient sur eux. Les lézards se mirent à parler le langage des hommes, mais leur conscience restait la même; ils ne se servaient de la parole que pour réclamer leur liberté, de la nourriture et de l’eau. Les singes eux prirent de plus en plus l’apparence humaine au fils des semaines ; toutefois, ils conservèrent leur bestialité et leur conscience animale. Les sangliers devinrent semblables a des monstres d’une force démesurée et les fauves devinrent rusés et astucieux, les oiseaux et les serpents gagnèrent en vitesse de mouvement; tout les animaux semblaient muter.

Un soir, alors qu’elles étaient devenues adultes, ce fut au tour des trois petites sœurs rates d’être emportées. On emmena leur cage dans une grande pièce éclairée de chandelles. Des runes étaient gravée à des endroits précis sur le sol, des inscriptions couvraient les hautes colonnes de pierre, des encens spéciaux brûlaient et des symboles gravés dans des bois rares étaient posés à des endroits très précis sur le sol alors qu’une dizaine de mages en robes magnifiques psalmodiaient des incantations incompréhensibles d’une langue très ancienne. On posa la cage au milieu de la pièce et une longue et très inquiétante cérémonie se déroula durant des heures. Les petits rats étaient terrifiés, couraient dans tout les sens dans leur cages, gravissaient les barreaux puis retombaient, grattaient, mordaient, se roulaient dans tout les sens jusqu’à la fin de la cérémonie. Puis quelque chose changea…

En quelques jours à peine, les trois sœurs avaient pratiquement doubler de taille, leur doigts griffus devenaient plus effilés et agiles, leur queue rétrécissait et leurs yeux changeaient légèrement de forme, rappelant de plus en plus celle des Humains. Leur fourrure se dispersait et devenait plus soyeuse et courte. Mais cela n’était que les changements que remarquèrent tout de suite les mages. D’autres choses changeaient chez les trois rates ; elles percevaient leur environnement différemment, leur intelligence se décupla, leur ruse aussi, et à leur grande surprise, leur conscience s’ouvra. Elles découvrirent ce que c’était que de réfléchir, de philosopher, de rêver. Elles découvrirent ce qu’étaient la notion du bien et du mal, leur mémoire se rafina et elles s’étonnèrent de comprendre de mieux en mieux le langage que parlaient les hommes qui venaient les observer a chaque jour. Elles comprirent leur situation ainsi que ce que les mages voulaient d’elles. Elles ressentirent aussi le besoin de s’identifier par des noms, d’acquérir une identité bien à elles. L’une d’elle, blanche et parsemée de quelques poils foncés aux pattes et au museau, se fit appeler Akella, la seconde au poil d’ébène se fit appeler Arbid, et la troisième, au pelage brun foncé, se fit appeler Rakelle. Elles purent jour après jour réfléchir à plus long terme, élaborer des plans, se coordonner parfaitement, combiner ruse et intelligence dans un but précis. C’est ainsi que les trois sœurs commencèrent a élaborer leur plan pour s’enfuir.

Elles commencèrent a étudier les mécanismes de leur cage et les différents codes qui retenaient les cadenas en place et comprirent leurs fonctionnements. Elles observaient les lieux chaque fois qu’elles étaient déplacées de leur cage et comprirent comment était construit le bâtiment, quelles étaient les sorties, par quels corridors passer. Et un soir, elles mirent leur évasion à exécution. Prises de compassion, elles délivrèrent au passage tous les autres animaux n’étant pas susceptibles de les dévorer sur le champ et les guidèrent avec elles jusqu’à la sortie, discrètement, sans être repérées. Lorsqu’elles furent a l’extérieur, hors de danger, elles s’enfouirent sous une colline dans une grotte et commencèrent a discuter. Elles avaient alors acquis énormément en conscience, en sagesse, en intelligence, elles avaient appris les rudiments du langage humain, leur queue avait presque disparue, leurs pattes arrières étaient a ce point allongées qu’elles arrivaient à faire quelques courtes distances en marche bipède, leurs pattes avant ressemblaient de plus en plus a des mains, leurs yeux se fixaient vers l’avant du visage et avaient une forme d’yeux humains, et leur taille initiale avait presque triplée. Leur gueule s’articulait a présent comme une bouche et elles arrivaient à prononcer des mots, puis des phrases.

Les Trois ClansModifier

Sous la colline, les Trois Soeurs commencèrent à discuter de ce qu’elles étaient devenues, et de ce que serait leur avenir.

Arbid pris la parole la première, dénonçant les atrocités qu’elles ainsi que tous les autres animaux avaient vécus dans ce bâtiment, et clamant que leurs nouvelles capacités pourraient leur permettre de prendre leur vengeance sur les humains qu’elle considérait comme mauvais et dangereux. Arbid, suggéra sans détour de devenir la nouvelle race dominante du monde, d’anéantir les humains et de prendre leur place afin de leur assurer un avenir florissant et de tirer leur vengeance.

Akella, au contraire, fit les louanges des humains, rappelant à ses deux sœurs que leurs nouvelles capacités, qui changeraient à jamais leur destinée ainsi que celle de leur progéniture, leur avait été données par les Humains bien que les moyens employés aient étés discutables. Elle suggéra que les sœurs s’intègrent peu à peu aux hommes, leur signifiant leur présence et échangeant avec eux dans la paix. Elle parlait de diplomatie, d’entraide afin de leur garantir un avenir meilleur et une reconnaissance.

Rakelle de son coté se ferma, disant que ni l’une ni l’autre des suggestions n’était envisageable. Elle donna raison a Arbid concernant les atrocités subies, mais insista sur le fait qu’il ne fallait pas se mettre en guerre contre les hommes, que si tel était le cas, elles étaient vouées à la destruction. Quant à retourner vers eux, ou leurs semblables, elle était persuadée que tous les hommes chercheraient à les mettre en cage et à les persécuter. De plus, Rakelle leur fit part de son point de vue sur leur transformation, elle ne trouvait ça en aucun cas merveilleux et formidable. Elle insista sur le fait qu’elles étaient des rats et que ce qu’elles avaient vécu comme transformation n’avait rien de normal et de naturel, et elle leur fit part de son désir de retourner a son état primaire, de s’éloigner des hommes et de retourner à l’état reclus et sauvage.

Leur discussion dura tout un jour et toute une nuit, chacune tentant de convaincre les autres sur le chemin à prendre, mais aucune ne céda son point de vue. Au matin levant, chacune prit alors un chemin différent, sans se chercher querelle, et elles prirent toutes le chemin qui leur semblait le meilleur. Ce jour cependant resta gravé dans leur mémoire et dans celle de leur clan comme était le jour premier de leur apparition en tant que nouvelle race sur la face du monde.

Clan des MontagnesModifier

Rakelle partit à l’ouest, vers les montagnes, où elle y prospéra et eut une descendance avec les rats locaux. Ceux qui naissaient d’elle portait la même conscience, la même intelligence sans perdre leur instinct et leur désir d’appartenir aux rats. De génération en génération, ils devinrent grands et forts, de couleur majoritairement brune ce qui facilite leur camouflage dans les montagnes. Rakelle fut la mère ainsi fondatrice du Clan des Montagnes. Ces hommesrats luttent contre les émanations magiques qui les ont faits plus gros, plus intelligents. Ils se forcent à retrouver leur nature primitive sans y arriver parfaitement. Ils sont sauvages, reclus, cachés de tous les autres peuples. Ils ont une démarche plus courbée et animale que les autres clans d’hommesrats, leur fourrure est plus épaisse, leurs yeux ont à moitié la forme d’humain, à moitié celle des rats et ils ont gardé leur queue de rat, mais ils ont encore énormément d’attributs humains. Ils n’ont aucune technologie car ils n’en veulent pas. Ils se débrouillent pour prospérer par les moyens les plus primitifs utilisés par leurs ancêtres rats. Ils ont un régime omnivore, tant les carcasses pourrissantes que les noix, fruits et insectes qu’ils trouvent leurs servent de nourriture. Ils habitent principalement les montagnes de l’ouest, les Monts Monors, mais leur population devenant de plus en plus nombreuses, ils envoient depuis quelques générations déjà leur progéniture à l’âge de 10 ans coloniser d’autres terres avoisinantes, s’étendant de plus en plus au sud et à l’est. Ils sont une société matriarcale et leur hiérarchie est décidée par le plus fort. Comme les femmes-rats sont généralement plus grosses et robustes, elles l’emportent aisément sur les mâles et entre-elles se battent afin de décider de qui mène les divisions des différents groupes du clan. Rakelle vit toujours, les émanations magiques qu’elle a reçues ont incroyablement prolongé sa vie, et elle est considérée par son peuple comme une divinité vivante sur terre, la première d’entre eux.

Clan des Rats de la NuitModifier

Arbid de son côté, s’en est allé au sud, vers les petites villes du désert, et s’installa dans leurs systèmes d’égout où elle resta cachée et prospéra, et donna naissance à une nombreuse progéniture qui semblait posséder toutes ses capacités, y compris son désir noir de vengeance. Elle fut la fondatrice du Clan des Rats de la Nuit. De jour, ils demeurent cachés dans les égouts ou  les lieux sombres et cachés des villes, et la nuit ils sortent et attaquent les humains qui se promèneraient sans défense et seuls. Ils ont acquis la technologie des humains pour mieux les combattre, leur apparence est à moitié rat, a moitié humaine, leur démarche est bipède, ils ont perdu leur queue de rat et sont un peu plus petits que les rats des montagnes. Leur peau est en général très noire, et leur fourrure parsemée l’est aussi. À la nuit tombée, cela leur procure un camouflage parfait. Ils ont une apparence décharnée, un regard cruel et une expression mauvaise, dus à leur désir de vengeance qui les ronge sans cesse et à leur difficulté à s’alimenter dans les égouts. Ils doivent manger tout les rebuts qui leur tombent sous la dent. Leur régime dégoutant ne semble pas les déranger et les motive même à tuer mieux et plus d’humains, qu’ils rongent lorsqu’ils sont morts pour s’alimenter adéquatement. Comme cette race se multiplie rapidement, les Rats de la Nuit envoient leur progéniture coloniser les égouts de toutes les villes avoisinantes dès qu’ils sont sevrés afin de s’étendre encore plus et un jour habiter sous toutes les villes du monde avant de lancer l’attaque ultime qui fera d’eux les maîtres du monde. Les Rats de la Nuit sont aussi une société matriarcale a cause d’Arbid qui fut la première et qui vit toujours grâce aux émanations magiques qu’elle a reçu dans le passé. Elle est considérée plus avec crainte et respect, elle incarne la malédiction qui fit des Rats de la Nuit ce qu’ils sont aujourd’hui et la raison de leur désir de Vengeance. Les plus hautes sphères des dirigeants de ce clan sont malheureusement les plus cruels, rusés et sournois.

Clan des Rats SociauxModifier

Akella partit vers l’est et s’arrêta près de Luminar. Elle s’installa dans les grottes des boisés environnants et y prospéra si bien que la place vint a manquer. Le clan d’Akella du donc étendre son territoire jusque dans les égouts de la capitale. Elle fut la fondatrice du clan des Rats Sociaux. Akella vit toujours, les émanations magiques qu’elles dégagent ont prolongé sa vie. Les rats sociaux la considèrent comme la divinité, ils voient en elle l’idéal de l’évolution des rats vers un stade plus noble, la paix, la diplomatie, la douceur et l’harmonie. Les rats sociaux ont pour ideal l’expansion de leur peuple et la vie en harmonie avec les humains envers qui ils sont reconnaissants d’avoir hériter leurs dons. Pour ne pas effrayer les humains, ils sortent de leur repères en petit nombres afin de gagner les villes et villages pour s’y installer et se faire connaitre et apprécier des humains. Leur régime est compose essentiellement de pain, de fromages, de noix et de fruits. On les reconnait à leur couleur généralement pale et leurs habits luxueux. Voulant se faire aimer des humains, ils adoptent le plus possible leurs coutumes, habillements, nutrition saine et activités nobles. Cependant, ils demeurent habités par leur instinct de rats qui les poussent a agir de la sorte sur certains aspects. Ils sont friands de la technologie des humains qu’ils étudient et améliorent parfois. Les rats sociaux sont pacifiques, non-violents, ils n’agressent jamais sans raison ni pour leur profit personnel une autre créature, mais s’ils sont attaqués ou menaces, ils se défendent farouchement.

Coutumes des Hommes-ratsModifier

Peu importe les différences entre les trois clans, il reste qu’ils ont des coutumes similaires due a leur race d’origine.

La matriarche :

Les trois clans sont matriarcaux, compte tenu que leurs trois fondateurs étaient des femmes. Aussi les 3 clans ont un respect immense pour la femelle rat. Chaque hommerat prend une seule épouse et la garde toute sa vie. Ils se marient et restent ensemble toute la durée de leur vie, et le male prend un soin obsessif de sa femme afin qu’elle prospère.

Durée de vie et croissance :

Un homme rat vit moyennement pendant 40 ans. Ceci dit, dès l’âge de 10 ans ils sont considérés comme des hommes, sont sevrés et parfaitement autonomes. À l’age de 20 ans ils ont atteint leur taille maximale qui atteint généralement entre 4’ et 5’, soit légèrement plus grand qu’un hobbit. Cependant, de génération en génération, on dénote une croissance légère, comme si leur évolution à un stade plus humain se continuait de façon plus lente.

La colonisation :

Une femelle rat peut avoir jusqu’à cinq petits rats par portée et ce deux fois par année. Leur expansion est telle qu’ils ne peuvent tous rester au même endroit pour y vivre car il y a surpopulation. Comme le jeune rat est sevré à l’âge de 10 ans, il reste a son lieu de naissance 1 an supplémentaire pour offrir ses services a la communauté avant d’être envoyé en exil avec d’autres hommesrats de son âge. Cette coutume a pour but d’étendre le territoire, les jeunes rats doivent trouver de nouvelles terres pour s’y installer, y prospérer et se faire connaitre du peuple humain. Comme a cet âge ils ne font que 2’ ou 3’, il va sans dire que leur voyage est périlleux, ils sont vulnérable aux créatures et bêtes sauvage et leur nombre décroit cruellement durant leur exil. Ceci a quand même pour effet d’éviter leur surpopulation.

La Magie et les Hommes-rats :

Les hommesrats ont une crainte incroyable envers la magie mélangée de respect, pour eux cela représente une puissance telle qu’ils n’osent pas la pratiquer, ni même l’étudier. Bien qu’ils respectent les mages, ils les craignent et n’osent pas trop s’en approcher.

La purification du sang :

Comme ils se multiplient rapidement, il va sans dire que beaucoup de couples d’hommesrats sont formés entre frères et sœur. A long terme cela pose un problème grave de consanguinité et les rats l’ont compris. Une fois l’an, un mâle est choisi par la matriarche pour l’accoupler et ainsi redonner une génération nouvellement pure au clan. Même si le male sélectionné est déjà marié, cela est un tel honneur qu’il est accepté tant par le male que sa femme. C’est la seule forme “d’adultère” qui est accepté dans les couples d’hommes–rats.

Les enfants de la matriarche :

Comme ils sont nés de la matriarche ellemême et vu ses émanations magiques puissantes, ses enfants directs évoluent plus rapidement que les autres générations. Dès l’âge de 2 ans à peine ils sont sevrés, à l’âge de 3 ans ils ont atteint leur taille maximale, mais ils ne vivent en général que 10 ans. Ce sont les seuls hommesrats capables de pratiquer la magie, cela leur vient instinctivement, ce pourquoi ils sont très respectés de la communauté et considérés comme des demidieux.

Les ennemis :

Les hommesrats ont de nombreux ennemis, les bêtes sauvages, surtout les félins, leurs sont très souvent fatals, et ils en ont très peur. Mais l’ennemi juré des hommesrats sont les gobelins. Étant donnés que les rats ont du coloniser les montagnes, les grottes, les égouts et tout les lieux sombres et caches, ils ont souvent eu affaire aux gobelins, soit pour les déloger de leur lieu afin d’y élire domicile, soit pour se défendre. Ils combattent les gobelins depuis si longtemps qu’ils sont devenus leurs ennemis préférés, c’est pratiquement un sport pour un hommerat d’affronter un gobelin.

Les immunités aux maladies :

Comme cette race habite essentiellement des endroits sombres empreints de moisissures et de déchets, les hommesrats de par leur nature et de leur environnements sont plus résistants aux maladies et aux poisons. Leur salive et leur morsure provoque des infections sur leurs ennemis qui sans être mortelles ont des effets nuisibles et désagréables.

Défense naturelle de l’homme-rat :

Comme les rats des montagnes se refusent a toute forme de technologie humaine, et bien que les rats de la nuit et les rats sociaux aient adopté les modes de combat humain, il reste que si l’hommerat est en mauvaise posture ou privé de ses armes, il se défendra instinctivement avec ses dents et ses griffes, infligeant des blessures.

Les territoires :

Les hommes rats sont très territoriaux entre eux. Si un territoire appartient déjà à un des 3 clans et qu’un membre d’un autre clan tente de s’y installer, les hommes-rats règlent le différent a leur manière. Déjà, aucun différent concernant leur peuple n’est réglé au grand jour; ils se cachent aux yeux des humains et règlent leurs problèmes entre eux. Un duel est lance et le perdant doit quitter les lieux. Le tout est fait sans haine, dans le respect et la dignité.

Rapports entre les trois clans :

Bien que les trois clans aient eu des aspirations différentes, qu’ils soient extrêmement territoriaux et aient pris des directions différentes, il n’y a pas de guerre entre eux. Ils se considèrent malgré tout comme des frères. À de rares mais très importantes occasions, les trois Matriarches organisent des rencontres entre les représentants des trois clans et tous y sont présents dans la paix et la bonne entente.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard